Mantra : Entretien avec la réalisatrice Fiche du film

Le Mercredi 20 novembre à 20h au cinéma les 7 parnassiens Paris 14e :
Film + Conférence + Chant de Mantra + Boissons
Projection du film Mantra le Son du Silence en avant-première suivi d'un échange
avec la Réalisatrice et de Chants de Mantra avec Patrick Torre, fondateur et directeur de l'Institut des Arts de la Voix, qui forme des professeurs de Yoga du Son en France et en Europe.

RESERVATIONS VIVEMENT CONSEILLEES : ICI



On devine une grande passion pour la musique Mantra pour vous être autant plongé dans ce film.

J'ai deux passions : l'une est de travailler sur des documentaires musicaux, ce que j'adore faire. Donc l'idée de faire un documentaire sur mon autre passion, la musique Mantra et le Kirtan, le genre de musique qui m'a le plus touché a été une
décision facile à prendre.

Et qu'est-ce qui vous a amené au Kirtan et à la musique Mantra ?
Oh, par où commencer ? (Rires). J'avais une vie très chargée à New-York, travaillant comme monteuse, j'étais bien occupée. Puis, j'ai eu mes 2 enfants et je suis venue ici, à Barcelone, j'ai été stressée à jongler entre la maison et le travail. J'ai donc participé à des groupes de méditation où j'ai entendu pour la première fois Deva Premal & Miten et Lama Gyurme. Peu de temps après, une amie très proche est décédée et l'expérience d'écoute de la musique et des chants en groupes est devenue plus profonde pour moi.

Pensez-vous que le Kirtan et la méditation ne font qu'un ?
J'ai réalisé que le Kirtan est un excellent moyen d'entrer en méditation. J'ai essayé différentes techniques par le passé et, dans la vingtaine, je suis allé en Inde où j'y ai pris goût. Mais lorsque je suis revenu à la méditation il y a quelques années, à travers le Kirtan, ça a été comme une connexion immédiate à l'état méditatif. Je pense vraiment que c'est un outil incroyable pour la méditation.

La scène Kirtan et Mantra toute entière se développe rapidement, quelle en est la cause selon vous ?
C'est la pratique du Yoga et les écoles de Yoga qui démystifient cela pour les gens. Ce n'est plus tellement vu comment religieux ou quelque chose d'étrange désormais. Je pense que le Yoga a fait beaucoup dans ce sens et les écoles organisent des évènements Kirtan comme des activités annexes donc le principe se répand vite. Et puis, la musique dans les cours de Yoga touche les gens et ce sont souvent des artistes Mantra ou Kirtan. Donc les professeurs de Yoga initient également les élèves à la musique.

Pour ceux qui n'ont pas l'expérience du Mantra et du Kirtan, pouvez-vous expliquer comment, par exemple, Gayatri Mantra – de Deva Premal & Miten – probablement le morceau le plus célèbre du genre, vous touche-t-il ?
C'est comme une sérénité instantanée. Peu importe la situation, que je sois anxieuse ou que je ne puisse pas dormir la nuit, je la mets en boucle et cela me calme ou m'endors. C'est graduel avec le temps. Au début, je devais chercher un mantra mais maintenant, ils arrivent dans ma tête lorsque je suis dans une situation stressante. Même une situation banale comme être coincé dans les bouchons. Et puis, j'utilise différents mantras dans différentes situations.
Pour revenir au Gayatri Mantra : c'était plus important lorsque mon amie est décédée. C'était une période compliquée. Elle était jeune et ça a été très dur pour moi d'évoquer la mort avec elle. Personne ne veut avoir à se confronter à ce sujet mais lorsque je m'enveloppais de cette musique, ma peur d'être séparée d'elle, de la mort, s'estompait. Cela m'a vraiment aidée à faire face à la mort et au deuil.

Pour en revenir au film, vous l'avez appelé « le Son du Silence » - Que voulez-vous dire par là ?
C'est juste une description du processus. Vraiment : lorsque l'on chante des Mantras, cela amène vers un endroit silencieux. Le son de nos voix nous tire vers notre essence, dans un état paisible, dans le silence.

Au regard du vaste monde du cinéma et des films que vous avez montés, préférez-vous travailler sur des documentaires ?
Eh bien, ce sont de vrais moments de vie, ce que font réellement les gens. J'aime la fiction également et j'en ai monté quelques-unes mais avec les documentaires il y a beaucoup de story-telling à faire en salle de montage. C'est vraiment excitant de voir ces histoires prendre forme dans le processus de montage. Je veux raconter des histoires dont je pense qu'elles doivent être racontées, et le faire de manière divertissante afin que les gens puissent aller dans le sujet et le comprendre mieux. Une grande part de la réalisation de documentaires est de monter les images, sons et musiques de manière à ce que les gens ressentent quelque chose autant qu'ils le comprennent intellectuellement.

Lors de la réalisation du film, y a-t'il eu des moments où vous vous êtes laissée portée par les émotions ?
Il y en a eu tellement. Mais c'est uniquement lorsque vous vous asseyez et regardez les images en salle de montage que vous réalisez ce qui se passe pour tant de personnes, mais aussi le public... avec tant d'émotions qui ressortent.

Il y a un moment en particulier qui ressort pour moi : une femme qui disait que les Mantras lui ont sauvé la vie. C'est ça en substance. Les chanteurs méditatifs, aussi bons soient-il, facilitent juste ces transformations.
Oui, bien sûr, mais l'histoire de ces artistes est également intéressante. Pour beaucoup d'entre eux, la musique leur a sauvé la vie à eux aussi et ils nous le disent dans le film.

Une dernière question : beaucoup de gens, lorsqu'ils écoutent pour la première fois du Kirtan ou Mantra pensent que ça a une connotation religieuse. Que diriez-vous à ces gens ?
Il ne s'agit pas de religion mais de spiritualité. Il s'agit de gens se connectant aux autres. Si vous allez à un petit évènement Kirtan ou un grand concert par l'un des artistes les plus connus, vous verrez le large échantillon de personnes qui y assistent. Oui, il y aura souvent des croyants mais Kirtan et Mantras ont une portée plus large et une philosophie bien différente. Je suis la plus grande athéiste que je connaisse !

 

Retour aux actualités

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Ok