Power to Change : Interview du réalisateur Fiche du film

Carl A. Fechner était présent à Paris lors de projections de son film Power to Change : La Rébellion Energétique

Il est intervenu à la Maison Heinrich Heine (Fondation de l'Allemagne) le 10 janvier en compagnie du CLER- Réseau pour la transition énergétique, ainsi qu'à l'Espace Saint-Michel pour la Première du film le 11 janvier avec Planète OUI.

Pour ne plus manquer les soirées-débats, inscrivez-vous à la Newsletter ou consultez les séances sur ce lien



Découvrez toutes les semaines, dans la Newsletter de Jupiter Films, une nouvelle actualité ! Pour éveiller les consciences, partager des connaissances et favoriser le bien-être, nous partageons avec vous articles et films !

Découvrir ci-dessous l'interview avec Carl-A Fechner, le réalisateur de « Power to Change : La rébellion énergétique », ce documentaire présente la vision d'un monde où l'énergie est 100% renouvelable, en suivant les pionniers de cette révolution énergétique.

Vous pouvez suivre l'actualité du film "Power to change" directement sur le site de Jupiter Films !

Soutenez-nous en "likant" notre page Facebook et n'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour être informé au plus près de nos nouvelles publications.


 

Dans POWER TO CHANGE, vous parlez surtout d'individus et de technologies allemandes. Pourquoi ?

« Comme pour n'importe quel autre film documentaire, celui-ci est fondé sur des exemples. Nous rentrons en profondeur, dans les détails des problématiques de ce dossier, et nous avons choisi de prendre l'Allemagne comme exemple. Nous aurions tout aussi bien pu prendre les USA. Mais en faisant abstraction du battage publicitaire à ce sujet, en réalité la part des énergies renouvelables dans la production d'énergie totale des USA, ne dépasse toujours pas les 13%. Ici en Allemagne, nous en sommes déjà à 33%. En Allemagne, nous avons vu qu'il existait une grande variété et un grand nombre d'engagements concrets en faveur de cette révolution énergétique.


Le thème principal de POWER TO CHANGE est le lien entre énergie et paix. Il est beaucoup trop rare que l'on reconnaisse le rôle que jouent les carburants fossiles et les systèmes d'énergie mondiaux dans les conflits armés existants. Un exemple : Le groupe terroriste EI a capturé des puits de pétrole et gagné des sommes d'argent massives de la vente de l'or noir. En fin de compte, nous finançons les actes terroristes de cette organisation lorsque nos pays consomment du pétrole. Pour illustrer des rapports tels que celui-là, nous suivons notre protagoniste Amir Roughani en Ukraine. Nous y avons rencontré de jeunes personnes enthousiastes, en faveur d'une démocratie énergétique, qui mènent un combat contre une dictature s'appuyant sur les questions énergétiques et un système centralisé. »

L'Ukraine est encore - beaucoup plus que l'Allemagne - totalement dépendante des matières premières fossiles et du gaz. Et nous pouvons observer comment, depuis de nombreuses années, la Russie exploite cette dépendance, à des fins politiques. C'est pourquoi il existe un mouvement en Ukraine prônant l'autonomie énergétique - dont on parle trop peu dans nos médias.


Vous donnez la parole aux gens qui vivent concrètement cette transformation énergétique, et qui luttent en sa faveur. Qui vous a le plus impressionné ? 

« C'est l'histoire d'Edy Kraus qui m'a le plus ému, lui qui a consacré sa vie entière à la révolution de l'énergie, traversant des hauts et des bas incroyables, allant jusqu'à la faillite. Il a tout perdu, mais il a réussi ensuite à se remettre en selle. L'entretien que j'ai fait avec lui est l'une des interviews les plus intenses que j'ai jamais mené.

J'ai été également fasciné par la transformation d'Amir Roughani pendant que nous tournions. Au début, je voyais en lui une personne plutôt cynique. Avec le temps cependant, il s'est radicalement transformé. C'était un véritable cadeau de pouvoir l'observer constamment faire évoluer son business model toujours plus dans le sens de la transition de l'énergie et la construction de parcs d'éoliennes et de panneaux solaires. POWER TO CHANGE ne met pas en scène des  hors-la-loi radicaux. Il fait plutôt le portrait de personnes intégrées à notre société, mais qui ont pris des décisions très claires, par eux-mêmes. »


Dans le film, vous présentez des technologies inhabituelles. Laquelle vous a le plus impressionné ?

« D'être capable de produire d'autres carburants à partir d'énergie renouvelable, et, en même temps, d'être en mesure d'extraire le CO2 de l'air, ce qui est le résultat lorsque vous avez une usine de conversion d'électricité en gaz : j'ai trouvé cela très impressionnant. C'est de la haute technologie, dont l'aboutissement final est un carburant alternatif.

Je conduis moi-même une voiture électrique, et je considère que pour la mobilité individuelle, l'électro-mobilité est la clé. On vous objecte toujours que l'électro-mobilité ne vaut pas la peine en fait, par rapport aux émissions de CO2, puisque plus de 60% de l'électricité que vous utilisez provient de centrales nucléaires ou à charbon. Mais cela devrait nous motiver d'autant plus à basculer vers des sources d'énergies renouvelables. »

Retour aux actualités

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Ok